Réagissez !

vendredi 17 juillet 2015

Un avenir positif

En cette deuxième quinzaine de juillet, c’est un sentiment de relative satisfaction que l’on devrait éprouver.

La moitié de la France est en vacances, l’autre s’y prépare, et, depuis l’instauration des congés payés en 1936, le mot vacances a signifié détente, repos, loisirs.

L’actualité de ces dernières semaines prend une tournure plus positive ce qui devrait conforter nos concitoyens dans l’idée qu’après tout, le gouvernement fait bien son travail.

La situation grecque, loin d’être complètement résolue et entièrement satisfaisante, a été traitée dans l’esprit qui doit animer de plus en plus l’Union Européenne : la solidarité entre les Etats membres. François Hollande a joué un rôle déterminant dans le dénouement de cette crise. Tous les observateurs de bonne foi le reconnaissent.

Le Parlement grec a approuvé la position prise par son Premier Ministre a Bruxelles, même si certains prennent conscience qu’il y a parfois de grandes différences entre le rêve utopique et la réalité.

Mercredi, l’Assemblée Nationale française a très largement voté en faveur de la proposition défendue par la France dans cette affaire.

Aujourd’hui ce sera le Parlement allemand qui, très vraisemblablement et malgré de fortes réticences, donnera quitus à Madame Merkel.

Désormais, il appartient aux responsables politiques des Etats de la « zone euro » d’imaginer les formes nouvelles d’une gestion préventive d’une crise comme celle que l’Europe vient de traverser.

Par ailleurs, les Députés et les Sénateurs français terminent leur marathon parlementaire. La session qui s’achève aura vu d’importantes réformes votées, ce qui contribuera à conforter davantage encore la relance de la croissance dont nous avons tant besoin.

Ainsi, la loi pour la croissance et l’activité, communément appelée « loi Macron », malgré ses imperfections, va constituer une base solide de redéveloppement économique.

Toute œuvre humaine est perfectible et il faudra évaluer dans l’avenir les conséquences de cette législation nouvelle qui interviendra dans de très nombreux domaines.

Désormais, il y a cependant une base à partir de laquelle des moyens nouveaux seront mis en œuvre.

Je pourrais encore évoquer la loi portant sur une nouvelle organisation territoriale de notre pays, avec ses régions, ses départements, ses communes. Le paysage institutionnel français se sera doté de structures plus efficaces au service de nos concitoyens.

En d’autres termes, ce rapide tour d’horizon de l’actualité estivale me permet de regarder l’avenir de façon positive.

Je veux croire que ce sentiment sera partagé par le plus grand nombre.

*
**

Comme chaque année à pareille époque, je suspendrai la publication de mon blog jusqu’à fin août.


Bonne vacances à ceux qui me lisent.

lundi 13 juillet 2015

Une priorité : se rassembler

Pour les acteurs de la vie politique, la priorité doit toujours être le rassemblement et non le clivage ou le clanisme.

Aujourd’hui, à gauche, cette priorité s’impose plus que jamais si nous voulons aborder les élections régionales dans les meilleures conditions possibles.

C’est autour du Parti Socialiste que ce rassemblement doit se réaliser. Il a déjà commencé avec les Radicaux de Gauche et le Mouvement République et Citoyen.

Il appartient désormais au Parti Communiste et aux Ecologistes de dire clairement ce qu’ils veulent : le succès de la Gauche ou la victoire de la Droite, voire de l’extrême-droite.

Que chacune de ces deux formations posent des conditions, c’est normal et cela sert de base à la discussion à engager.

Qu’elles expriment des réserves, parfois des critiques et même une franche opposition vis-à-vis de la politique nationale conduite par le gouvernement, c’est une conséquence du système démocratique qui est le nôtre.

Pour autant, ce positionnement national ne justifierait en rien un blocage à toute idée de listes communes pour les élections régionales.

L’objectif est évident : maintenir une gestion de gauche dans le plus grand nombre de régions. L’heure n’est plus aux « leçons » à donner au gouvernement pour qu’il infléchisse sa politique comme ce fut le cas au moment des élections municipales en 2014 et départementales au début de cette année. Ce débat interviendra un an plus tard, lorsqu’il s’agira de l’élection présidentielle puis des législatives.

Pour l’heure, c’est l’avenir des Régions, de ces nouvelles grandes régions, qui est en cause.

L’emploi, le développement économique, la formation, l’aménagement et de nombreux autres sujets touchant à notre vie collective seront au centre des débats des semaines à venir.

Ces débats seront d’autant plus porteurs d’avenir s’ils sont conduits par une Gauche rassemblée.

C’est possible si chacun intègre bien les enjeux qui sont en cause.

*
**

Au moment où je conclus ce blog, j’apprends qu’un accord a été conclu à Bruxelles concernant la Grèce. J’en ressens une très grande satisfaction.


Je salue l’action de François Hollande dans la gestion de cette affaire. Nul doute que sa détermination à maintenir la Grèce dans la zone euros aura permis cet heureux dénouement.