Réagissez !

vendredi 11 juillet 2014

Les sujets ne manquent pas

Conférence sociale, réforme territoriale, Moyen Orient, Afrique, Ukraine et toujours la crise et le problème de l’emploi : les sujets ne manquent pas en ce début d’été pour celles et ceux qui s’intéressent à la vie collective, celle de notre société et de notre pays.

Dans le même temps, les acteurs de la vie politique sont, pour le moins, dans des postures variées. La Droite est en débandade et ne retrouve plus ses marques. Je n’en parle pas davantage. Ce n’est pas mon camp et je laisse ses principaux responsables s’entredéchirer.

A Gauche, la situation est également diversifiée.

Quelques députés socialistes, élus pour soutenir une action gouvernementale, s’autorisent à ne pas voter un texte d’importance, le financement de notre protection sociale.

On pourrait imaginer des sanctions comme l’exclusion pure et simple, par exemple. On ne le fera pas car le Parti Socialiste a besoin de toutes ses forces pour accompagner le Président de la République et son gouvernement dans sa politique de réformes.

Je souhaite simplement que l’on conserve en mémoire le comportement inadmissible de ces quelques parlementaires et que, le moment venu d’un mandat à leur confier au nom du Parti Socialiste, on se garde de leur faire confiance.

Par ailleurs, j’ai pris connaissance des déclarations de Monsieur Montebourg. Il a fait des propositions qui, selon moi, ne s’inscrivent pas dans l’orientation fixée par François Hollande.

Je ne sais pas si ces propos ont été tenus avec l’accord du Président et du Premier Ministre.

Si c’est le cas, ce n’est pas une bonne pratique car cela entretient un sentiment de confusion.

Si c’est un acte isolé, de sévères mises au point doivent avoir lieu.

*
**

Comme chaque année depuis que j’alimente régulièrement ce blog, je suspendrai sa parution jusqu’au 1er septembre.

Bonnes vacances à tous ceux qui me lisent.

lundi 7 juillet 2014

Dialogue social

François Hollande l’avait annoncé dans sa campagne en 2012 : demain se tiendra la 3ème conférence sociale qui permet ainsi une confrontation des points de vue entre patronat, syndicats et gouvernement.

C’est une avancée considérable que cette initiative de réunir tous les acteurs de la vie économique et sociale de notre pays.

Certains n’en mesurent pas l’importance et se livrent à une sorte de surenchère en regard de quelques problèmes du moment.

Il ne s’agit pas de régler toutes les difficultés qui retardent la reprise de la croissance, elle-même condition de la relance de l’emploi.

Cependant, en se retrouvant ainsi, il est possible d’analyser les problèmes existants, pourquoi pas de se mettre d’accord sur cette analyse pour, ensuite, esquisser des solutions.

C’est en cela que la méthode a du bon et ceux qui font la fine bouche, voire qui critiquent de façon lancinante les orientations prises par le gouvernement, agissent en réalité pour le compte de la Droite.

Cette dernière est mal en point, il est vrai. Ce n’est pas une raison suffisante pour lui apporter un soutien objectif.

En disant cela, je m’adresse aux responsables syndicaux, aux responsables politiques de gauche pour qui les mots ne sont jamais assez durs pour s’opposer au gouvernement.

Que veulent-ils ? C’est la question que je me pose quand je les écoute s’exprimer. Je ne peux pas croire que des élus socialistes, des militants en responsabilité au sein du Parti Socialiste, des responsables syndicaux puissent souhaiter le retour de la Droite aux affaires.

C’est pourtant, et malheureusement ce qui risque de se produire si on ne prend pas en compte la réalité de notre environnement économique.

Il est urgent de se ressaisir et d’accompagner comme le propose Manuel Valls « la Gauche qui marche ».