Réagissez !

vendredi 12 février 2016

Une nouvelle étape

Un remaniement ministériel n’est pas une affaire banale. Elle répond généralement à une nécessité du moment : remplacer des personnes appelées à d’autres fonctions ou témoigner de la volonté de tenir compte de l’attente de l’opinion en désignant des hommes ou des femmes dont la sensibilité traduit un élargissement de la majorité.


Cet exercice a été parfaitement réussi par François HOLLANDE et Manuel VALLS dans la constitution du nouveau gouvernement.

Dans ses propos à la télévision, hier soir, le Président de la République a rappelé sa détermination à défendre la France et les Français contre les menaces qui pèsent sur notre pays.

Il a redit avec force que la lutte contre le chômage était sa priorité. Certes, et les journalistes qui l’interrogeaient n’ont pas manqué de le rappeler, l’augmentation du nombre de demandeurs d’emplois amène nos concitoyens à douter de l’efficacité de la politique menée depuis plus de trois ans.

Force est pourtant de constater que des signes d’amélioration apparaissent, conséquences des mesures prises en matière économique. Il faut croiser les doigts et espérer qu’une nouvelle crise monétaire internationale ne perturbe pas notre redressement.

Depuis quelques jours, la perspective du remaniement avait suscité des rumeurs et des commentaires sur l’entrée éventuelle dans le gouvernement de personnalités d’origines diverses. Désormais, ces supputations n’ont plus lieu d’être et je me réjouis de la nomination de Jean-Marc AYRAULT au Ministère des Affaires étrangères.

En matière internationale, c’est l’Europe qui constitue le dossier prioritaire. En effet, il est déterminant pour la lutte contre le terrorisme, pour l’accueil des réfugiés, pour la paix dans les pays où la guerre fait chaque jour des victimes et pour, également, notre sécurité économique. Jean-Marc AYRAULT est incontestablement bien placé pour faire avancer ce dossier avec notre partenaire allemand.

Au plan local, je suis très heureux que Patrick KANNER, qui a fait la preuve de ses compétences, soit maintenu dans ses fonctions. Il est celui qui incarne la nouvelle génération des responsables socialistes nordistes et le PS doit pouvoir s’appuyer sur un homme comme lui.

Enfin, je veux croire que la nomination de Emmanuelle COSSE, nouvelle ministre du logement, issue de la mouvance écologiste, marquera une nouvelle période de confiance et de solidarité entre ces deux sensibilités de la Gauche française.

Aussi, avec ce remaniement, est engagée, très vraisemblablement, la dernière étape d’un quinquennat qui aura été loin d’être facile pour François HOLLANDE.


Interrogé à plusieurs reprises sur ses intentions pour 2017, il a rappelé que ce n’était pas sa préoccupation immédiate. Il a eu raison : ce dont les Français ont besoin, ce n’est pas de connaître les candidats à la prochaine élection présidentielle, c’est d’abord d’avoir un Chef de l’Etat qui assume pleinement ses responsabilités. C’est bien ce qu’il fait.

lundi 8 février 2016

Préoccupation et conviction


Ce début de semaine me laisse un goût amer dans la bouche.


Au cours de ces derniers jours, on a pu entendre une députée écologiste faire un rapprochement inacceptable entre la proposition de réforme constitutionnelle du gouvernement et l’action du régime de Vichy pendant l’occupation nazie.

On a pu aussi apprendre l’arrestation et la comparution devant la justice d’un général, certes en retraite, mais toujours général de l’armée française.

Les deux évènements ne sont bien entendu pas liés. Ils traduisent cependant une évolution très préoccupante de la vie politique française.

Les propos tenus par Madame DUFLOT, pour ne pas la nommer, à la tribune de l’Assemblée Nationale, vendredi, ne font que confirmer les sentiments profonds de cette personne : elle a fait et elle fait tout pour nuire à l’image du PS.

Or, faut-il rappeler que si elle se trouve dans la situation élective qui est la sienne, députée de Paris, c’est en vertu d’un accord passé, avant l’élection présidentielle de 2012, par la direction d’alors du Parti Socialiste, accord qui prévoyait l’abandon d’un nombre important de circonscriptions au profit des écologistes.

Les 2,3 % des voix obtenues par Madame JOLY, candidate écologiste à l’élection présidentielle, n’auraient sûrement pas permis des candidatures aussi nombreuses des écologistes aux élections législatives qui ont suivi.

Mai c’est ainsi et cette erreur tactique du PS permet aujourd’hui à une députée élue grâce au PS de faire des comparaisons qui ne grandissent pas leur auteur.

L’arrestation d’un général de l’armée française pour avoir été le meneur d’une manifestation interdite nous montre que la République n’est jamais à l’abri de menaces, aujourd’hui sans doute anecdotiques, mais qui ne doivent pas être banalisées : la lutte anti-migrants était le thème de la manifestation organisée par cet ancien patron de la Légion étrangère. Son interpellation par les forces de l’ordre a immédiatement suscité des réactions de l’extrême droite en sa faveur.

Ceux qui doutent des risques que fait peser le Front National sur la République et sur la Démocratie ont, devant leurs yeux, la preuve que « le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde » comme l’écrivait Bertolt Brecht au lendemain de la guerre 39-45.

Je le disais : ma réflexion est partie de deux évènements sans lien entre eux mais qui interviennent a un moment où la France a besoin de sérénité, où les Français doivent se retrouver aux côtés des leurs responsables démocratiquement désignés. N’est-ce pas le meilleur moyen d’affronter les difficultés du moment ?
Pour ce qui me concerne, c’est ma conviction.